Rentrée masquée : y’a-t-il encore un sourire sous le masque ?

Il va de soi que ce mois de septembre est arrivé accompagné de ses routines familières, de celles qui rassurent une fois les draps de bain, tongs et maillots de bain rangés : les retrouvailles avec nos élèves et nos collègues, la découverte de nouvelles demi-têtes et le sacro-saint emploi du temps auquel toute la famille se pliera.

À cela, il convient d’apporter quelques nuances. Tout d’abord, celles là-aussi habituelles mais sans la même odeur de cahier neuf, soit la rentrée plus cassée de ceux toujours dans l’attente des affectations de dernières minutes.  Les mêmes qui savent déjà qu’il leur faudra jongler entre deux, pardon trois, établissements, un soupir de soulagement sous le masque parce que lesdits établissements ne sont distants que de quarante kilomètres contre les soixante de l’année passée. Bref, autant de situations déplaisantes devenues si ordinaires qu’elles ne soulèvent plus que de la compassion et la certitude qu’on ne peut y trouver de solutions meilleures. Au ballet des TZR s’ajoutant celui –fort conséquent, des contractuels qu’on étire jusqu’à la rupture…

Ensuite, il nous faut évoquer la — encore plus, lourde pression placée sur nos épaules. Nous Enseignants d’Histoire-Géographie désormais plombiers de la République œuvrant face aux médias, face à la désinformation, face … Nous voilà encore et toujours préposés à trier, relever, expliquer dans l’espérance que nos élèves apprennent à démêler le vrai du faux. Autant de tâches que nous acceptons avec joie puisqu’au cœur de notre métier mais qui s’avèrent de plus en plus délicates du fait de l’évolution de notre société. Ceci également parce que les moyens s’amenuisent. Et dans ce sens, je n’aborderai pas le cas des formations — nous savons être compétents, mais plutôt un constat simple : il nous faut du temps. Du temps pour expliquer les enjeux des procès des attentats du 13 novembre, par exemple, ou pourquoi Samuel Paty a été assassiné. Juste du temps.

Ces quelques phrases amèneraient presque à se réjouir du port du masque qui nous permet de dissimuler fatigue et humeur. Presque. Sans doute parce que cette deuxième rentrée sous Covid prend aussi l’allure d’une accoutumance, nécessaire celle-ci, une dernière ligne droite qu’il nous faut tous ensemble surmonter. Et cela en portant le poids supplémentaire des conséquences de l’enseignement à distance. Oserons-nous affirmer que le fait que cette période ait aggravé les écarts entre nos élèves n’est que l’accélération exponentielle d’une situation couvant depuis plus de dix ans ?

Bref, ces espérances de rentrée paraissent bien mornes et sont parfaites pour effrayer nos jeunes collègues. Aussi, comme il faut voir avant tout le verre à moitié plein, je me permets de conclure sur une affirmation simple : oui, vous sourirez derrière vos masques. Ceci parce qu’au-delà des difficultés énoncées plus haut, notre métier garde précisément ce zest qui fait la différence, pour un élève qui, grâce à vos explications regardera, d’un œil plus attentif le monde qui l’entoure.

Et même masqués, il est désormais possible de nous retrouver et donc de reprendre d’une manière progressive nos rendez-vous, nos sorties et visites. Nous reviendrons vers vous pour davantage de précisions et en attendant, nous restons à votre disposition par mail (aphg.poitou.charentes.2015@gmail.com).

De même, la nationale a mis en ligne de nombreuses ressources sur son site internet, précieuses pour nos jeunes collègues mais aussi des « Fenêtres sur cours » qui nous offrent des éclaircissements précieux sur nos programmes sans oublier la rentrée des cafés virtuels.

Bonne rentrée à toutes et tous !

Cet article, publié dans Brêves, pédagogie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s