Fabriquer des cartes de repérage pour nos élèves ? Israël et les « territoires »

Quand en classe je cherche une carte simple pour montrer à l’improviste un phénomène que je n’avais pas prévu de montrer, je ne trouve jamais quelque chose qui me convient sur Internet. Car,  à ce moment précis,  je n’ai pas envie de devoir être dans une posture d’analyse critique de carte… je voudrais juste trouver un document qui aide mes élèves à visualiser l’espace dont je parle, à une échelle pertinente et en faisant ressortir ce qui est le plus important… S’il faut que je commence à dire qu’il n’y a pas d’échelle, qu’on a du mal à distinguer les frontières des cours d’eau, que les noms sont écrits en anglais… Cela fait beaucoup de détours avant d’arriver à montrer juste ce que je voulais montrer.

D’où cet article pour expliquer ce que j’entends par carte de repérage,en proposant un exemple et en montrant comment en fabriquer rapidement d’autres. J’ai choisi cet exemple sur Israël et les « territoires » car l’article le plus consulté sur ce blog est actuellement un corrigé d’étude critique de caricature qui porte sur cette thématique.

Repérer la Cisjordanie et la bande de Gaza ?

Capture extrait carte Israël territoires

Capture extrait de la carte de repérage (il manque le Sud où se trouve l’échelle)

Voici la carte que j’ai réalisée en utilisant le fond de carte muet du relief trouvé sur Wikipédia. J’en ai  fait ici une capture écran peu lisible et dont on trouve l’original ici en format PDF : Carte repérage Israël territoires  avec fond de carte relief

 

Un tel fond de carte de Wikipédia existe pour de très nombreuses régions du monde, il présente des coloris faciles et en même temps trompeurs ici puisque les mers sont en bleu, les plaines en vert, les collines en beige et les montagne en brun. Il a une échelle, distingue bien les frontières des cours d’eau et  place un repérage en latitude et longitude. Le voici en format image :

La question d’un cadrage pertinent d’un fond de carte

Si on voulait vraiment dessiner un fond de carte pertinent de cet espace on « dézoomerait » juste un tout petit peu pour avoir à la fois Beyrouth (capitale du Liban) au Nord , Amman (capitale de la Jordanie) à l’Est  et le canal de Suez au Sud-Ouest.

Cette histoire de cadrage est essentielle  et malheureusement la plupart des fonds de cartes tout faits n’ont pas réfléchi au problème qui se pose pourtant systématiquement.

A défaut on peut se contenter de rajouter de petites flèches (vers Beyrouth, vers Amman, vers le canal de Suez).

Pour donner d’autres exemples de cette question de cadrage :

La question d’un fond de carte qui nuit à la visibilité ou induit une perception erronée

L’ennui du fond de carte précédent est qu’en Palestine les plaines du Sud sont désertiques, tandis que les collines du Nord de la Samarie sont plus verdoyantes. Or les couleurs habituelles des cartes de relief gênent notre capacité à nous rendre compte immédiatement que la bande de Gaza se trouve dans une zone aride… car elle est en vert.

Pire encore la mer Morte se situant en dessous du niveau de la Méditerranée, la vallée du Jourdain apparaît en bleu comme si c’était de la mer…. alors qu’on se trouve au niveau de la mer Morte dans une région désertique.

Donc finalement, sur ma carte de repérage avec ce fond du relief nuit à la perception des toponymes… et pourtant cette question du relief est essentielle pour comprendre ce qui se passe dans cette région du monde. D’où l’intérêt d’un autre document tactile qui le montre parfaitement :

carte en relief Holy Land

Une carte du relief vendue aux touristes : « Holy Land », Terre Sainte : cette fois-ci le vert indique les forêts et l’on voit bien le désert.

Je trouverai important que nos élèves -même au lycée  puissent avoir davantage de documents tactiles à manipuler : des cartes en relief, des puzzles… Cet apprentissage concret est important avant de passer à l’abstraction. Mais il n’en existe que dans des jeux pour petits enfants.

Le choix final d’un fond de carte plus sobre qui élimine certains éléments

fond de carte Israëll

Un fond de carte plus sobre … malheureusement il n’y a plus l’échelle et il va falloir la rajouter (cartes-du-monde.net)

Le site précédent propose effectivement un certain nombre de fonds de carte (et beaucoup de pub) plus ou moins intéressants.

Le fond de carte en question distingue précisément trois couleurs outre la mer et les cours d’eau : les pays voisins,  Israël et ses divisions administratives dans les limites de la ligne d’armistice de 1949 (« ligne verte »), les « territoires » (qu’on ne peut plus appeler « occupés » puisque les Israéliens se sont totalement retirés de la bande de Gaza en 2005) : le Golan au Nord-est, la Cisjordanie et la bande de Gaza.

Une carte de repérage plus efficace ?

Voici donc un 2e exemple de carte de repérage. La capture écran est toujours aussi mauvaise voici donc la version PDF : Carte repérage Israël PDF

Carte Chantal Israël

J’ai rajouté l’échelle. J’ai choisi de faire ressortir les 2 grandes métropoles Tel Aviv et Jérusalem, en évitant de prendre partie et de marquer laquelle est la capitale… C’est un sujet délicat : pour l’instant on se contente de comprendre qu’il existe principalement deux grandes villes attractives, l’une sur le littoral, l’autre à une heure d’autoroute dans les collines de Judée. Je n’ai pas insisté particulièrement sur le sort du  Golan (annexé de fait par Israël). J’ai mis en vert les villes peuplées d’Arabes (par exemple Jaffa qui est le port historique de Jérusalem) tandis que Tel Aviv est une ville nouvelle fondée par les colons juifs à partir du début du XX e siècle.

Le seul toponymes que je n’ai pas mentionné est celui de Jourdain… pour une raison technique que nous allons expliquer.

Comment mettre des noms  et des figurés sur de tels fonds de carte muets ?

En fait pour ces cartes j’ai simplement insérer les fonds de carte muets dans un fichier Word puis utiliser des outils basiques de dessin (insertion d’une zone de texte, insertion de figurés de type cercles, triangles -ports- en variant les tailles et les couleurs).

Capture document Word Israël

Capture écran du document word utilisé pour mettre les noms : on est en train d’écrire lac de Tibériade… donc si je n’ai pas écrit Jourdain c’est qu’avec Word on ne peut pas écrire Jourdain et le placer  verticalement le long du fleuve (ce qui est la manière conventionnelle de procéder)

C’est assez rapide à mettre en œuvre : ici les deux fichiers transformables donc en version Word : Carte repérage Israël avec fond de carte relief et Carte repérage Israël sans relief.

Utiliser Powerpoint plutôt que Word pour mettre les noms et la projeter en classe ?

J’aurais peu faire mieux si au lieu d’utiliser Word pour mettre les noms et les figurés, j’avais utilisé Powerpoint. Je n’y ai pas pensé car au départ je cherchais à dessiner une carte en couleurs imprimable en format A4 (qu’il est également possible mais en perdant de l’information d’imprimer en noir-et-blanc)

Or si je voulais un document directement projetable en classe j’aurais gagné à travailler directement avec Powerpoint… (le seul inconvénient étant que la diapositive est carrée et donc je suis contrainte de réduire un peu la carte par rapport à un A4).

Capture Powerpoint Israël et territoires

Une carte simplifié à partir d’une capture de Powerpoint

Voici le Powerpoint utilisable pour transformer ou améliorer cette carte, par exemple en rajoutant des animations  : Powerpoint carte Israël et territoires repérage

On en trouvera un exemple ici d’un fichier avec des cartes animées qui permet à nos élèves d’apprendre à repérer les Etats-membres de l’Union Européenne et présente ce type d’animation qui permet de donner au fur et à mesure des informations : Repérage sur l’Europe et l’Union Européenne (Ce diaporama correspond un peu à ce que nous avons expliqué dans l’article précédent sur les diaporamas d’auto-apprentissage à la différence que les noms des 27 pays de l’UE ne sont pas mentionnés).

NB Si j’utilise ici Word et Powerpoint plutôt que leurs équivalents gratuits Libre Office qu’on utilise dans nos établissements scolaires, c’est que j’ai dû depuis près de 30 ans m’adapter sans cesse à de nouvelles suites bureautiques présentées comme plus performantes. Je maîtrise correctement la version actuelle de Microsoft et que je n’ai ni le courage ni le temps de patauger pour retrouver les mêmes outils sur la suite de Libre Office. 

 

 

Cet article a été publié dans Collège, Croquis, Géographie, Histoire, Lycée. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s