Les diaporamas : généralités

L’objectif de cet article est de donner quelques pistes utilisables à la fois par nos élèves et par nos collèges pour améliorer la qualité des diaporamas de « type Powerpoint ».

Pourquoi des diaporamas ?

Wordart diaporama.png

Parce que c’est à la mode depuis près de 15 ans  ! Cela a commencé dans le monde de l’entreprise. Cela s’est répandu à l’Université et dans le monde des colloques. Cela s’est généralisé au collège et au lycée notamment dans nos disciplines, histoire et géographie parce que nous avons maintenant des vidéo-projecteurs dans nos classes. Cela sert aussi lors des mariages, des fêtes ou des anniversaires !

C’est donc concevoir un diaporama est devenu une compétence incontournable aujourd’hui et c’est peut-être au lycée en histoire géographie  que nous sommes les mieux placés pour travailler sur cette compétence, à partir du contenu et donc des connaissances propres à nos disciplines.

Quels types de diaporamas ?

A vrai dire leur finalité peut être très diverse. On peut néanmoins en distinguer plusieurs grands types :

  • support d’un exposé de type universitaire (dans l’enseignement supérieur ou lors d’un colloque)
  • support d’un cours au collège ou au lycée
  • support d’un exposé oral notamment dans le monde de l’entreprise mais aussi d’un exposé oral d’étudiant ou d’élève
  • support d’auto-apprentissage pour un élève
  • création à usage privé

On constatera que seulement dans le dernier cas (powerpoint pour un anniversaire, un mariage, un enterrement…) il s’agit d’une fin en soi.

Pour le reste ce n’est qu’un moyen parmi d’autres pour transmettre de l’information et qu’elle soit plus facilement comprise, assimilée puis réutilisée et devienne de la connaissance ! Cela doit demeurer un moyen économique en temps et plus efficace qu’une simple transmission par oral ou avec un écrit.

Sinon les diaporamas sont inutiles, ennuyeux et nous empêchent d’aller à l’essentiel c’est-à-dire sur le contenu de ce qu’ils cherchent à transmettre.

Qu’y-a-t-il dans un diaporama ?

  • du texte à lire
  • des liens hypertextes permettant d’accéder à des sites internet
  • des « images » : photographies, cartes, graphiques, tableaux
  • du son

Bref un diaporama est un support très variable qui peut être extrêmement riche et complexe (donc très long à réaliser) ou au contraire rapide à mettre en œuvre.

Mais c’est seulement un support séquentiel : on se contente de le dérouler de manière linéaire, on peut certes revenir en arrière mais on n’a jamais une vue synoptique du sujet.

« Surcharge cognitive » ?

La difficulté est que si notre cerveau doit à la fois  lire, décrypter une image, écouter une musique de fond, faire face à des effets visuels (apparitions, disparitions, flous-enchainés, arrière-plan dégradés…) et en plus écouter un conférencier, c’est beaucoup trop pour lui  !

Il va donc falloir apprendre à avoir moins :

  • moins de texte
  • moins d’images
  • moins de son
  • moins d’animation

et donc sélectionner davantage ce qu’il est essentiel de montrer et de n’y rien mettre d’autre ! C’est difficile dans un monde où l’on peut si facilement accéder à du contenu informatif.

Quels logiciels ?

Il existe 2 logiciels courants pour faire des diaporamas :

  • Celui de Microsoft (Powerpoint) qui est payant (mais que je trouve plus facile à utiliser)
  • Celui de Libre Office qui est gratuit et qu’on trouve sur les postes informatiques de tous nos collèges et lycées.

Ranger son fichier et sauvegarder son travail ?

Quand on commence un diaporama on n’oublie, comme pour n’importe quel fichier, de le ranger correctement dans un dossier de son ordinateur (ou de sa clé) avec un nom explicite (j’y rajoute aussi la date). On rappellera qu’il est essentiel de sauvegarder régulièrement ses fichiers  (parce que les ordinateurs et les clés USB se cassent, se volent ou se perdent) :

  • en les téléchargeant sur un « cloud »
  • en les copiant sur une autre clé ou un disque dur externe.
  • en les imprimant ?

Et pourtant, souvent, nous ne le faisons pas systématiquement comme si c’était inconsciemment une manière de signifier que nous considérons certains fichiers comme des brouillons. Si nous les perdions, cela nous obligerait à mobiliser notre mémoire et toutes nos ressources pour aboutir à quelque chose de sans doute bien meilleur.

Ce comportement apparemment irrationnel ne l’est pas tant : à certains moments il est sans doute préférable de créer un nouveau diaporama plutôt que de s’entêter à adapter à tout prix  un support de cours ou d’exposé qui ne correspond ni à la bonne durée ou ni au bon public  ou qu’on a récupéré auprès de quelqu’un d’autre

Quelques conseils généraux correspondant aux trois principaux types de diaporamas qui nous intéressent :

  • le cours à projeter à nos élèves
  • des diaporamas d’auto-apprentissage pour qu’ils puissent travailler en autonomie
  • des diaporamas supports d’exposés oraux réalisés par les élèves

Suggestion n°1

  • Mise en page la plus sobre possible
  • Garder le fond blanc et éviter d’utiliser les modèles proposés dans l’outil « création » qui ont de jolies couleurs mais ce n’est pas l’objectif !

Suggestion n°2

  • Utiliser la même police de caractères par défaut (Calibri sur Powerpoint)
  • Utiliser peu de couleurs (j’utilise le rouge, le bleu et le noir)
  • Utiliser les MAJUSCULES
  • Utiliser juste le gras et l’italique

 

Suggestion n°3

Utiliser peu d’options dans l’outil « disposition »

  • « diapositive de titre » (au début)
  • « titre et contenu » (quand j’écris du texte dans un diaporama d’auto-apprentissage)
  • « deux contenus » (quand je mets une image et sa légende)
  • « vide » (quand je mets une grande illustration)

 

Suggestion n°4

  • Ne pas du tout utiliser l’onglet « animation » dans un diaporama d’auto-apprentissage : celui qui le regarde doit pouvoir le faire à son propre rythme et sans être ennuyé par des animations.
  • L’utiliser avec parcimonie dans un exposé oral pour faire apparaître le texte après l’image

 

Suggestion n°5

  • Éviter, dans un diaporama d’auto-apprentissage,  de mettre plus de 8 lignes de texte par diapositive
  • Dans une présentation orale 4 lignes sont largement suffisantes

 

Après ces quelques généralités se reporter à la présentation suivante qui est un diaporama d’auto-apprentissage tentant de mettre en application ces principes : Diaporamas généralités 15 09 19

Cet article a été publié dans Lycée. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s