Pétrole et gaz : une carte, des statistiques et des graphiques pour faire de l’analyse géographique au collège et au lycée

Cet article s’inscrit dans la lignée de ceux que nous avons déjà mis en ligne et qui donnent à la fois des statistiques présentées dans des fichiers Excel (et donc transformables à en tableaux et graphiques) ainsi qu’une carte, quelques graphiques et tableaux (voir par exemple le G 20 )

Il s’agit cette fois-ci d’avoir des documents pour réfléchir sur la production des hydrocarbures et notamment l’évolution récente qui conforte la place des États-Unis. Voir aussi l’article suivant : Pétrole d’autres ressources pédagogiques pour le lycée et le collège

pétrole en 2017.png

Cette carte fabriquée très facilement avec le logiciel Khartis représente les 25 premiers producteurs de pétrole en 2017 mais on a également calculé un ratio entre la production de pétrole et la population : plus la couleur se rapproche du rouge et plus le poids du pétrole est important dans l’économie du pays concerné.

Les données statistiques proviennent du Rapport de 2018 de BP sur l’énergie (56 pages) (dans le fichier Excel j’ai fait arrondir automatiquement la production de pétrole au million de tonnes et celle de gaz au milliard de m³ ). J’ai aussi évité d’utiliser d’autres unités plus compliquées pour les élèves (baril par jour ou million de TEP -tonnes équivalent pétrole-).

Pourquoi une carte du pétrole combinant 2 phénomènes ?

Dans mon cours de Terminale j’essaie d’expliquer la notion de pays « rentiers du pétrole » c’est-à-dire de ceux dont la production est si importante par rapport à leur faible population qu’elle a contribué à enrichir considérablement ces pays.

Ils apparaissent sur la carte en rouge bordeaux : ce sont les « pays du Golfe » (Arabie Saoudite, Koweït, Qatar, EAU -Émirats Arabes Unis- et Oman). La Libye était également dans ce cas avant la chute de Khadafi et l’effondrement de la production. La Norvège est également un pays rentier du pétrole mais son statut de pays industrialisé développé en fait un cas à part de pays qui a des moyens considérable pour mener des politiques publiques dans tous les domaines.

Par contre il existe de très grands producteurs de pétrole comme les États-Unis ou l’Iran dont la production pétrolière divisée par la population ne représente par un ratio si élevé : leur développement économique repose sur d’autres fondements que la simple exportation des hydrocarbures.

Les cas intermédiaires de la Russie ou du Canada et dans une moindre mesure du Kazakhstan ou du Venezuela montrent des pays fortement dépendants du cours du pétrole (et plus largement du cours des matières premières).

L’intérêt également de cette carte réside dans le fait qu’on n’a pas besoin d’y rajouter le nom des pays concernés sur une telle thématique : un élève de Terminale sérieux est sensé savoir correctement identifier tous les pays notamment le Nigeria et l’Angola, l’Iran et l’Irak, la Norvège ou l’Indonésie sur la carte du monde !

La production de pétrole 2012-2017 tableaux et graphiques

Voici quelques illustrations utilisables en classe et, à la fin de l’article, les fichiers pour les imprimer, les transformer ou en fabriquer d’autres.

Tableau 25 producteurs pétrole

 

La même chose sous forme de graphique en barres pour 2012 et 2017  :

production 2012 et 2017.PNG

Production de pétrole en millions de tonnes en 2017 et 2012 (graphique CLG APHG)

On y voit par exemple  l’essor de la production de pétrole des États-Unis qui sont passés en 5 ans de la 3e à la 1ère place  avec 45 % de production en plus.

Mais un tel graphique n’est pas excellent à mon avis car j’y ai mis  trop d’informations (25 pays X 2 dates = 50).  Il est donc tout à fait utilisable pour être critiqué et transformé : par exemple garder moins de pays (les 10 premiers), ne s’intéresser qu’aux pays du Golfe, améliorer les coloris et les échelles, mettre des étiquettes de données et le transformer en un graphique projetable sur un Powerpoint.

La production de gaz 2012-2017 tableaux et graphiques

tableau 15 producteurs gaz.PNG

gaz graphique 2017

Source BP review ; graphique CLG APHG

De nouveaux producteurs sont apparus dans ce classement (Australie, Turkménistan) et d’autres ont disparu (Royaume-Uni et Pays-Bas dont les gisements s’épuisent). Ce nouveau graphique est très basique : on peut aussi réfléchir à l’améliorer (mettre des étiquettes de données)

Un fichier Word pour imprimer (car la qualité des graphiques est médiocre -il s’agit de captures d’écran à faible résolution) : Tableaux et graphiques pétrole et gaz

Un fichier Excel pour utiliser ces données : pétrole et gaz données et graphiques

Un autre fichier Excel à 1 feuille  à utiliser pour faire des cartes avec Khartis (il faut pour cela veiller à ce qu’il n’y ait qu’une seule ligne de titre avant les valeurs sinon les valeurs ne sont pas bien reconnues par le logiciel) : Fichier pétrole pour Khartis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Collège, Lycée. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s