Essai de cartographie des sections Abibac

Enseignant depuis 15 ans dans un lycée qui dispose d’une section Abibac, il m’a semblé intéressant de tenter une cartographie de la répartition géographiques de ces classes. Là voici :

Sections Abibac.jpg

Cet exercice me semble avoir un double intérêt : fabriquer une carte thématique simple en dessin automatique (et non en cartographie automatique), ce qui compétence qu’un élève de Première est capable d’acquérir et qui lui permet ensuite de mieux comprendre, à mon sens, la notion d’analyse critique de carte à laquelle il peut  être confronté en Terminale.

L’autre raison est que ce thème permet de mieux comprendre la démarche de la géographie qu’on peut résumer par cette suite de questions : quoi ?  où ? pourquoi ? et alors ?

Comprendre la  démarche de la géographie au lycée ?

Si on traduit cela de manière plus précise, un géographe tente de définir l’objet spatialisé qu’il cherche à étudier, à la fois en délimitant son extension et en donnant ses caractéristiques.

Dans un deuxième temps il localise son implantation et à partir de là il peut commencer à s’interroger sur les causes de cette répartition et en tirer des conséquences, notamment réussir à montrer qu’il existe plusieurs catégories de régions pour lesquelles le phénomène étudié ne se présente pas de la même manière (c’est-à-dire qu’il s’attache à construire une « typologie »)

Enfin la géographie vit de comparaisons et elle tente systématiquement de comparer ce qu’elle étudie avec un phénomène proche étudié ailleurs ou qui existait antérieurement.

Où trouver des informations  sur ces sections ?

Sur le site du Ministère de l’Éducation Nationale, on trouve toutes les informations formelles sur la section et les lycées qui la préparent :  Abibac. Le BOEN  du 22 février 2018 fournit la liste à jour (une liste beaucoup plus facile à utiliser pour la transcrire en tableaux, en graphiques ou en cartes puisqu’elle peut être collée dans un tableur). C’est celle que nous avons utilisée ici (voir le fichier utilisé à la fin de l’article).

Bref il est nécessaire si nous voulons construire des cartes d’avoir à disposition des statistiques spatialisées et, de préférence, de les avoir dans un tableur ce qui permet de les trier, de faire des calculs, de créer des tableaux bien mis en page, de faire des graphiques et de disposer des données à cartographier manuellement.

C’est quoi l’Abibac ?

C’est un dispositif qui permet à des lycéens de se préparer à la fois au Baccalauréat français et d’obtenir en même temps l’Abitur (le Bac allemand). Il relève d’un accord de coopération entre nos deux pays.

Les élèves (qui ont nécessairement étudié l’allemand au collège et sont d’un bon niveau) sont sélectionnés à l’entrée en Seconde à raison de 24 par section. Ils passent généralement la deuxième moitié de l’année de Seconde dans un lycée allemand en Allemagne (leur lycée partenaire). Ils suivent un programme d’histoire-géographie adapté en allemand et ont des cours de littérature allemande. Leurs professeurs d’histoire-géographie doivent avoir obtenu un agrément spécial pour enseigner dans cette section et être nommés sur ce poste par l’inspection.

Comment sont réparties les classes d’Abibac ?

La section a ouvert en 2005 et on en compte actuellement dans 80 lycées en France métropolitaine, dans 5 lycées français en Allemagne et dans 2 lycées à La Réunion.

Tout d’abord en Allemagne les 5 villes choisies sont 5 grandes villes : Berlin, Hambourg, Munich, Düsseldorf et Francfort/Main. On pourra s’étonner qu’au lycée français de Vienne cette section n’existe pas, mais à vrai dire un élève résidant à Vienne a plus d’intérêt à  pouvoir passer le Matura (le Bac autrichien) et non l’Abitur, ce qui est apparemment possible s’il a suivi depuis le primaire les cours d’allemand langue maternelle.

Ensuite il n’existe que 2 sections outre-mer sur l’île de la Réunion. Dans les Antilles et en Guyane c’est plutôt l’espagnol qui est choisi en seconde langue et donc l’intérêt de cette section y serait trop limité.

Ensuite les 80 sections sont très inégalement réparties à l’échelle du territoire métropolitain. C’est ce que nous allons tenter d’analyser en utilisant successivement 3 outils : tableau récapitulatif, graphique et carte.

Un tableau récapitulatif ?

Tableau Abibac

A l’aide d’un tableur, il est assez facile de fabriquer un tableau récapitulatif mais il me semble essentiel de réfléchir à la manière dont on l’organise pour qu’il soit aisé à comprendre.

On aurait pu se contenter de garder l’ordre du BOEN qui est l’ordre alphabétique des académies puis à l’intérieur de celles-ci celui des départements…

Partant du principe que nos futurs élèves de Première sont de futurs citoyens et qu’ils ont au programme la France et notamment ses villes, il me semble nécessaire que ce tableau fasse apparaître la fois  les noms des 13 nouvelles régions et ceux des 26 académies (qui portent un nom de grande ville -sauf la Corse-)… bref tous ces noms qu’un élève scolarisé en France doit connaître par cœur  et savoir localiser sur une carte muette !

Mais les régions ont été classées par ordre décroissant en fonction du nombre de sections présentes. C’est effectivement l’ordre le plus simple pour appréhender facilement les données d’un tableau. L’une de premières choses à identifier dans un tableau de chiffres est en effet la fourchette (valeur minimale et valeur maximale).

Un graphique ?

On pourrait avoir l’idée de remplacer ce tableau récapitulatif  par un graphique… sauf qu’un graphique devient illisible quand on veut y placer trop d’informations. On n’a conservé sur le graphique que les données de la dernière colonne du tableau qui concernent chaque région, tout en gardant l‘ordre décroissant.

graphique Abibac.jpg

Ce graphique est très simple à lire (c’est ce que j’appele un « graphique à lire ») mais très peu précis. Mais, au moins une chose saute aux yeux : la sur-représentation du Grand-Est dans les sections Abibac. C’était déjà un élément qu’on lisait facilement dans le tableau précédent mais le graphique est encore plus parlant.

Une carte simple avec des points alors ?

D’où la proposition de carte suivante qui utilise un procédé cartographique simple pour les cartes thématiques : utiliser un figuré ponctuel, le plus souvent un disque, dont la surface est proportionnelle au phénomène représenté.

On pourrait  certes juxtaposer des petits points représentant chacun une section… sauf que cela serait long à réaliser (80 points à placer) et poserait des problèmes de place là où ils sont concentrés (notamment à Strasbourg ou en région parisienne).

Par contre dans les régions où ces sections sont rares on pourrait très précisément localiser leur implantation (montrer ainsi que les 5 sections de Nouvelle-Aquitaine existent à Bordeaux, Pau, Poitiers, La Rochelle et Tulle).

Bref un cartographe doit trancher et décider du niveau de précision à donner à sa carte : ici la répartition par académie sauf pour l’Ile-de-France. C’est la carte proposée en début de l’article.

Mais est-ce simple ? Le délicat problème des cercles proportionnels !

Pour réaliser ce type de carte il est utile de rappeler une petite formule mathématique. Comme chacun sait la surface du disque est égale à Πr² c’est-à-dire au carré du rayon multiplié par Pi. Plus simplement la valeur qu’on veut représenter (ici le nombre de sections par académie) doit être proportionnelle au carré du rayon  (ou du diamètre) du cercle choisi.

Or le plus petit cercle représentable et visible (sur une feuille A4) est de 0,3 cm de diamètre, donc on calculera le rayon des autres à partir de cela à l’aide du  petit tableau suivant (réalisé à partir d’une simple feuille de calcul Excel) et qui peut être bien pratique pour ceux qui n’aiment pas les formules mathématiques, à condition qu’on comprenne la manière dont il est fabriqué.

Tableau cercles proportionnels.jpg

Par exemple un cercle représentant 4 sections doit être « à vue de nez » 4 fois plus gros qu’un cercle représentant 1 section… c’est cela le principe des cercles proportionnels qui permet à notre vision d’estimer « à vue de nez » l’importance d’un phénomène.

Ce qui est le cas si son rayon est 2 fois plus grand… c’est ce qu’on voit dans ce tableau. 1 est représenté par un cercle de 0,30 cm de diamètre, 4 par un cercle de 0,60 cm de diamètre, 16 par un cercle de 1,2 cm de diamètre etc…

Nous ne sommes pas allés au-delà de 25 car sur une carte il est déjà  rarement possible de représenter des écarts qui vont de un à 25. Ainsi si nous devions représenter un cercle correspondant à 25 sur l’Ile-de-France, il recouvrirait entièrement cette région déborderait sur les régions voisines…

Comment commenter cette carte ?

Cette carte met donc en évidence la surreprésentation de l’Abibac dans les 2 académies frontalières avec l’Allemagne (Celle de Strasbourg et celle de Nancy-Metz) et dans une moindre mesure dans le Nord-Est de la France. Mais elle montre aussi  qu’un effort a été fait pour implanter cette section dans toutes les académies où c’était possible (pas en Corse, aux Antilles, en Guyane ni à Mayotte) que parce qu’il s’agit d’un dispositif relève d’un accord de coopération entre la France et l’Allemagne, pays avec lequel nous sommes liés depuis 1963 par un traité d’amitié et avec lequel les échanges scolaires et culturels ont été encouragés.

Mais pour aller plus loin dans l’analyse, il peut-être intéressant de comparer ce dispositif avec d’autres dispositifs similaires (Bachibac, Esabac) et d’autres dispositifs qui existent pour développer les langues… d’où la nécessité de réaliser d’autres cartes.  C’est ce que nous ferons ultérieurement.

Pour réutiliser ces documents et fabriquer d’autres cartes avec des cercles proportionnels à partir de la carte des académies :

Données statistiques sur tableur : Excel Abibac

Carte à transformer sous format Word : Carte des sections Abibac en 2018

 

Publicités
Cet article a été publié dans Géographie, Lycée. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s