Un croquis sur l’agglomération de Poitiers ?

Après ces différents articles concernant l’agglomération de Poitiers, il m’a semblé intéressant  de proposer un croquis… qui n’est pour l’instant qu’un croquis de repérage. Une manière aussi de réfléchir sur la manière de produire ce type de document qui nous est utile en classe soit dans une version à projeter, soit comme exercice à réaliser avec les élèves.

Le voici ce croquis  dans sa version scannée (l’original est en fin d’article dans une version modifiable) :

Croquis repérage Poitiers.jpg

Pourquoi construire ce type de croquis ?

Rappelons que notre pratique de la cartographie au lycée et au collège a pour objectif de permettre de comprendre et de mémoriser l’organisation d’un espace.

Ce n’est pas l’objectif des cartographies que proposent les professionnels de la carte comme Michelin ou l’IGN (l’Institut Géographique National) qui offrent des cartes et plans extrêmement précis où l’on trouve des données exhaustives (tous les noms de communes et de lieux-dits, tous les noms de rues..), ni  les sites des collectivités territoriales possédant un SIG (systèmes d’informations géographiques) qui utilisent des cartes interactives d’une précision incroyable (mais à quoi pourrait nous servir une carte du Grand Poitiers qui place tous les conteneurs de verre prévus pour le tri sélectif ?).

On voit bien à travers cet exemple que ces cartes de professionnels sont faites pour l’action (se déplacer efficacement sans se perdre ; gérer un espace) alors que nos cartes nous servent à réfléchir.

Notre objectif en classe est donc totalement différent, nous voulons apprendre à nos élèves à faire des cartes pour qu’ils mémorisent et comprennent l’espace que nous étudions : il faut donc n’y indiquer que peu de choses et ne garder que ce qui est important.

Première étape : TOLE !

Comme on le voit à l’écran, ce croquis présente au moins une qualité ! On a bien un titre, une orientation, une légende et une échelle, ce fameux « TOLE » que nos ex-collégiens devenus lycéens nous réclament !

Deuxième étape : un fond de carte adapté

L’ennui est ici que le fond de carte « parasite » le croquis car, même s’il apparaît en arrière-plan et que les points de repérage importants ont été redessinés (le Clain en bleu, les grands axes autoroutiers (A 10), routiers (N10 et rocade de Poitiers), ferroviaires (dont la LGV Paris-Bordeaux) en noir,  on voit en filigrane de nombreux axes (en jaune) et beaucoup d’indications illisibles.

Or un fond de carte ne doit pas parasiter un croquis, c’est-à-dire le rendre moins facile à lire et comprendre. Il doit juste être présent pour qu’on puisse se repérer et, à partir de là, nous permettre de mettre en relief les points importants d’organisation d’un espace.

En fait, j’ai pris comme fond de carte la version réduite d’une carte murale de Poitiers qui mesure 1 m 50 et  trouvée sur un site commercial. Sur l’original on peut distinguer toutes les rues et leur nom ainsi qu’un quadrillage (éléments qui ne nous intéressent pas du tout) puisque nous cherchons juste à pouvoir y repérer les quelques lieux dont nous avons parlé dans l’article précédent (centre-ville, gare, ZUP des Couronneries, Buxerolles, Saint-Benoît, Campus, CHU, Futuroscope, SAFT, ZI de la République…).

Mais cette carte réduite a l’intérêt de présenter un coloriage de l’espace bâti (en orange), des espaces verts (en vert), des zones d’activités (en violet) et du campus (en rouge).  Je n’en ai pas trouvé d’autre aussi pertinente sur ce choix de couleurs.

Une difficulté technique : colorier des espaces  avec un simple logiciel de dessin assisté par ordinateur.

Le plus difficile et le plus long quand on ne dispose pas de matériel pour faire de la cartographie informatique (une tablette graphique a minima, voire un logiciel de SIG qui permet de numériser précisément un fond de carte)  est  de colorier des espaces… puisque pour cela il faut délimiter des formes fermées… et surtout éviter que ces formes ne se chevauchent ou ne soient disjointes.

Or il est un peu idiot de passer du temps là-dessus puisque justement avec les outils manuels dont nous disposons en classe (et le jour du Bac) (nos simple crayons de couleurs) ce problème de coloriage d’un espace est rapide et efficace...

Par contre il est impossible d’obtenir un résultat acceptable à l’écran quand on scanne un croquis colorié au crayon de couleur.

D’où le fond de carte que j’ai réalisé en simplifiant le précédent et en évitant de colorier les espaces, me contentant de discriminer le centre-ville (semis de points serrés) du reste du bâti (semis de points espacés) et plaçant des points là où on indiquera des figurés ponctuels

Calque éleve Poitiers

Un fond de carte réalisé au calque simplifiant l’organisation de l’agglomération et plaçant les principaux repères (le Clain, les axes, le centre-ville, le reste de l’espace bâti, les équipements)

 

Avec un tel fond de carte on peut plus rapidement obtenir une représentation simplifiée de l’agglomération où les noms et les équipements sont placés, la légende n’est pas encore  organisée et les plages de couleur ne sont pas coloriées et qu’on peut éventuellement transposer dans un powerpoint.

Croquis agglomération Poitiers simplifié.jpg

Il ne reste plus qu’à construire et organiser la légende !

Pour retravailler ces croquis :

Publicités
Cet article a été publié dans Collège, Croquis, Géographie, Lycée, Région, Ressources pédagogiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s