La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers : exemple du style gothique plantagenêt

Un autre article sur Poitiers suite à notre visite guidée dans le Poitiers médiéval lors de notre sortie du 30 septembre dernier.

En 1162 Aliénor d’Aquitaine fait débuter à Poitiers les travaux d’une nouvelle cathédrale.

façade St Pierre Poitiers

La façade de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers. La construction a commencé en 1162 et la cathédrale a été consacrée en 1379

Cette cathédrale Saint-Pierre de Poitiers est originale et permet à nos élèves de prendre conscience des variantes du style gothique en découvrant une cathédrale gothique plus massive. Pour Aliénor d’Aquitaine, il s’agit de remettre au goût du jour et d’agrandir une cathédrale romane qui se situait déjà sur cet emplacement, sans doute depuis les débuts de la christianisation de la ville.

Lemonum, Saint Hilaire, le baptistère Saint Jean et Sainte Radegonde

La christianisation de Poitiers est précoce : son premier évêque Saint Hilaire (élu vers 350 et mort en 367) est un aristocrate  de cette cité gallo-romaine appelée Lemonum. Située à flanc de colline, sur le versant Est de l’éperon rocheux situé entre Clain et Boivre, la ville est entourée à cette époque (au IVe siècle) d’une épaisse muraille délimitant un espace de 50 hectares. C’est dans cet espace qu’un grand nombre d’édifices religieux vont être construits notamment le baptistère Saint-Jean qui est le plus ancien conservé.

baptistère Saint Jean

Le baptistère Saint-Jean est le plus ancien édifice religieux de Poitiers. Certains éléments de cet édifice remontent au Ve siècle (on voit sur sa façade Sud des éléments de réemplois d’édifices gallo-romains). Au début de la christianisation les baptêmes avaient lieu une fois par an par l’évêque, à l’arrière-plan la cathédrale Saint-Pierre.

A cette époque (Ve siècle) l’enceinte n’occupe plus que le versant Est de l’éperon rocheux et non la totalité, comme c’était le cas à l’apogée de la ville romaine et comme c’est à nouveau le cas à la fin du XII e quand l’enceinte occupera tout cet éperon.

Un peu plus bas se trouve une petite église, l’église Sainte Radegonde qui a également été agrandie à l’époque d’Aliénor d’Aquitaine. Elle a été fondée au VI e siècle en dehors de l’enceinte et a servi de sépulture à Radegonde, épouse de Childéric Ier (fils de Clovis) morte en 587.  Radegonde, princesse de Thuringe, s’était enfuie de chez  son mari, avait cherché l’appui de plusieurs évêques pour obtenir l’autorisation de devenir moniale et  avait construit en 552 à Poitiers un monastère : le monastère Sainte Croix (dont les bâtiments abritent aujourd’hui le musée du même nom). Elle a été canonisée peu de temps après sa mort et l’église Sainte-Radegonde qui abritait une relique de la croix et sa tombe a servi longtemps d’église de pèlerinage : on y trouve de nombreux ex-votos plus ou moins anciens.

tombeau Sainte RAdegonde.jpg

Le tombeau de Sainte Radegonde dans la crypte : sur le mur des ex-votos. Cette partie de l’église Sainte Radegonde n’a pas été modifiée au XII e siècle et est restée de style roman contrairement à la nef gothique

Un site original pour la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers

On est habitué à voir des cathédrales qui dominent une ville parce qu’elles se trouvent sur une éminence (telle la cathédrale de Coutances) ou sont simplement sur un site plat d’où elles dominent la ville par leur hauteur (comme Notre-Dame de Paris).

Mais curieusement celle de Poitiers est n’est pas aussi visible puisqu’elle est comme enkystée dans le bâti à flanc de colline.

site Poitiers.jpg

Au premier plan le Clain. Au centre enkystée dans le bâti la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers dont on voit bien le mur plat du chœur et ses 3 grands vitraux. A gauche l’église Sainte Radegonde

Il a donc fallu déblayer côté portail, ce qu’on voit sur la première photographie : le parvis de la cathédrale présente un escalier qui descend vers les portails. A l’inverse le mur du chœur côté Est apparaît très élevé puisqu’à l’inverse il a fallu remblayer à cet endroit.

Ainsi  la façade de la cathédrale Notre-Dame de Paris donne une plus grande impression d’élévation (même avec la différence de prise de vue qui accentue cette différence).

façade Notre Dame

La façade de la cathédrale Notre-Dame de Paris avec sa rosace, ses 3 portails, ses deux tours identiques (69 m). Commencée en 1163, elle a été terminée en 1345

façade St Pierre Poitiers

La façade de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers avec sa rosace, ses 3 portails, ses deux tours différentes. Commencée en 1162 elle est consacrée en 1379

Un plan original

La cathédrale Saint-Pierre de Poitiers est une église-halle de style gothique Plantagenêt. Sa construction a commencé en 1162 et s’est achevée en 1379, année de sa consécration. La longueur de la cathédrale est de 94 m pour une largeur au transept de 50 m. On y trouve trois nefs de taille et de hauteur assez similaire (30 m pour la nef principale et 24 m pour les deux autres) et un transept peu important. Il n’y a ni chapelles latérales, ni chapelle absidiale importante.

 

plan cathédrale Saint-Pierre de Poitiers 2

Un  plan original pour la cathédrale   Saint-Pierre de Poitiers :  94 m de long ;  30 m de large ; un mur droit pour le chœur ; trois nefs d’une hauteur égale de 27 m, un exemple d’église-halle typique du style plantagenêt

Dans les manuels nos élèves sont davantage habitués à voir des cathédrales gothiques  plus longues, avec une nef plus haute et des bas côtés (d’où à l’extérieur des arcs-boutants et des contreforts destinés à faire tenir cette très haute voûte), un transept plus large, un chœur en berceau avec des déambulatoires.

C’est le plan qu’on retrouve à Notre-Dame de Paris ou à Chartres.

plan cathédrale de Chartres.jpg

Un des plans très pratiques du site L’Art Gothique où l’on peut trouver de nombreuses informations et photographies de différentes cathédrales

Les vitraux de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers

L’autre originalité de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers est l’ancienneté et l’excellent état de conservation des vitraux du chœur et notamment du vitrail central sur lequel on voit à la fois le Christ en croix, Saint-Pierre (qu’on reconnaît parce qu’il est crucifié la tête en bas) et les commanditaires de la cathédrale : Aliénor d’Aquitaine et son époux Henri II Plantagenêt.

Ce vitrail date des années 1160 ce qui est très ancien dans l’histoire des vitraux de ce type (puisque dans le style roman qui a précédé on n’a pas ces vitraux très colorés et très travaillés qui sont l’une des réussites du gothique). Le coloris bleu y est très original : on ne le retrouve pas sur des vitraux plus récents.

Vitrail crucifixion Saint Pierre

Un détail du bas du vitrail central du chœur de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers où l’on voit Saint Pierre crucifié la tête en bas et en dessous Aliénor d’Aquitaine et Henri II Plantagenêt

 

Pour en savoir plus, un site original et pédagogique réalisé par des collégiens de l’Institution Régionale des Jeunes Sourds de Poitiers, qui décrit la ville et notamment la cathédrale Saint-Pierre en LSF (langue des signes française) : Site de l’IRJS Poitiers au Moyen Age

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Collège, Histoire, Lycée, Ressources pédagogiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s