Le Mémorial de Mazières-en-Gâtine (Deux Sèvres) : entre histoire et mémoire

Inauguré en octobre 2016, le Mémorial de Mazières-en-Gâtine  se situe au cœur du département des Deux-Sèvres à proximité de la D 743, entre Niort et Parthenay.

memorial-mazieres-en-gatine

Le mémorial de Mazières-en-Gâtine, peu de temps après son inauguration le 29 octobre 2016

On y trouve des plaques en l’honneur des 275 Deux-Sévriens,  morts pour la France depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale sur les différents terrains d’opérations extérieures où la France a été engagée (Indochine, Corée, Tunisie, Maroc, Algérie, Liban, Afghanistan, Tchad, Mali…) Outre ces plaques avec les noms des morts, des panneaux pédagogiques ont été réalisés pour expliquer le contexte de ces différentes guerres :  guerre d’Indochine,  guerre de Corée,  opérations au Maroc et en Tunisie,  guerre d’Algérie,  actions de la France sur les terrains d’opérations extérieures (« OPEX ») depuis la fin de la Décolonisation.

Voici dans quel esprit a été conçu ce lieu de mémoire et d’histoire comme l’explique le maire de Mazières-en-Gâtine (Alain Clairand) lors du discours d’inauguration le 29 octobre 2016 :

Je vous remercie d’être venus vous recueillir devant ce monument élevé  à la mémoire des soldats des Deux-Sèvres morts pour la France dans tous les conflits ayant éclaté après la Seconde Guerre mondiale ainsi que lors des opérations extérieures menées par notre pays.

Oui, Petit Soldat des Deux-Sèvres, parfois tu avais choisi d’aller au combat, mais plus souvent tu étais conscrit. Tu es parti pour ces pays lointains que tu ne connaissais pas.

Ces pays appartenaient souvent à un empire colonial à son apogée que notre pays La France s’illusionnait à vouloir conserver.

Toi, Petit Soldat, tu as quitté ton pays de France. Bien souvent c’était pour la première fois, et tu l’as quitté avec au fond de toi un mélange de crainte, un peu d’esprit d’aventure mais aussi de la résignation et surtout le sentiment d’accomplir ton devoir envers la mère patrie.

Ton pas a foulé le sol de la Corée, de l’Indochine, de la Tunisie, du Maroc et de l’Algérie. Tu as découvert les plaines du Liban. Tu as gravi les montagnes d’Afghanistan, foulé le sable des déserts du Tchad ou du Mali.

Tu as pris part à des conflits que l’on n’appelait pas toujours « guerre » mais plutôt opération de maintien de l’ordre….

Petit Soldat, de ces conflits ou opérations tu n’es pas toujours revenu……

Tu as laissé ta vie à « Crève-Cœur », dans la cuvette de « Dien Bien Phu », en Kabylie, dans les Aurès ou le Constantinois, mais aussi au pays des Cèdres, le Liban ou dans le désert du Mali.

Tu n’es pas revenu et sans le vouloir, tu as brisé le cœur de ta mère et rendu taciturne ton père.

Aujourd’hui tes camarades survivants de ces conflits ont voulu que vive ta mémoire et s’entretienne ton souvenir pour l’avenir et pour l’histoire. Pour ce faire ils ont voulu rassembler les noms de tes camarades morts au combat sur un seul et même monument.

L’intérêt d’un tel lieu,  rassemblant sur un même site  départemental,  la mémoire de tous ces morts est qu’il permet de réfléchir à la notion de commémoration et la faire comprendre à nos élèves.

On ne  commémore tout seul !

Aujourd’hui nos « morts pour la France » ne sont pas nombreux : quelques individus chaque année dans ces OPEX (Opérations Extérieures) que la France mène, selon les cas, sous l’égide de l’ONU (par exemple dans le cadre de la FINUL au Liban), sous celle de l’OTAN (par exemple dans l’ex Yougoslavie) ou dans le cadre d’accords de coopération bilatéraux (dans certains pays africains).

Ainsi, pour la France,  le nombre de morts en opérations est de 4 en 2016. Il était de 3 pour l’année 2015, de 4 pour 2014, de 7 pour 2013.

La liste des morts en OPEX dans les Deux-Sèvres est cette toute petite liste qu’on distingue à droite du monument : quelques noms. La liste est encore moins longue dans les départements qui n’ont pas de bases militaires ou d’écoles militaires comme c’est le cas des Deux-Sèvres où  on trouve, à Saint-Maixent,  l’École Nationale des Sous-Officiers d’Active.

Quand un de nos soldats meurt en opérations, un hommage national lui est rendu dans la Cour des Invalides à Paris. Cette cérémonie officielle est importante mais elle ne suffit pas.

hommage-aux-morts-2016

Hommage national Cour des Invalides aux 3 militaires français morts en  OPEX en avril 2016 (ils appartenaient au 511 e régiment du train d’Auxonne (près de Dijon )

On ne commémore pas une seule fois !

Pour sa famille, ses proches, ses camarades, il est important, au fil des années, de pouvoir se retrouver  dans un lieu de recueillement collectif pour se souvenir et entendre rappeler que ces hommes sont morts en défendant les valeurs et les intérêts de la République Française.

Pour aller plus loin sur cette thématique qui entre dans le programme de l’EMC (Enseignement Moral Civique) au lycée et dans le Parcours Citoyen au Collège :

Le site de l’Union Départementale des Combattants Républicains des Deux-Sèvres :

Site de l’UDCR des Deux-Sèvres

Le site du Mémorial de Mazières-en-Gâtine :

Site du Mémorial de Mazières-en-Gâtine

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Collège, Histoire, Lycée, Ressources pédagogiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s