Construire des graphiques : un exemple population urbaine et population rurale en France et en Chine (I)

 

population-urbaine-et-rurale-en-chine-clg-1

graphique CLG APHG 2016

« Ce qui conçoit bien s’énonce clairement Et les mots pour le dire arrivent aisément ».

Les tableurs n’existaient pas à l’époque de Boileau mais ce grand écrivain aurait sans doute été d’accord sur le fait que ce qui est vrai de la langue l’est également du langage graphique.

L’objectif de cet article est donc de réfléchir sur la manière de produire des graphiques pour argumenter et illustrer un cours ou un exposé en utilisant les fonctionnalités d’un tableur. Pour cela nous analyserons plusieurs types de graphiques concernant la population rurale en France et en Chine.

Un fichier Excel pour en faire d’autres et/ou les transformer est en pièce jointe à la fin de l’article.

C’est un savoir-faire qui intéresse à la fois les professeurs d’Histoire-Géographie au collège et au lycée et leurs élèves, les étudiants en Géographie (dans un mémoire de recherche, un article, une thèse)… mais également les étudiants et les professionnels dans tous les domaines où l’on est amené à produire des tableaux et des graphiques.

***

Nous utilisons des graphiques pour plusieurs usages : premièrement pour fournir des informations sous une forme plus accessible que dans un tableau de chiffres mais surtout pour tenter de faire comprendre un phénomène démographique, économique, social… Le graphique est alors un document qu’on va pouvoir décrire pour raisonner.

Voilà pourquoi un graphique doit avoir comme qualité première d’attirer l’œil vers l’idée principale et la suggérer intuitivement (notamment par le choix des couleurs). On a intérêt à éviter la « surcharge cognitive » (trop de couleurs, de noms, de choses à la fois).

Nous expérimentons cela tous les jours au collège et au lycée… De plus nous disposons de peu de moyens de reprographie (juste des photocopies en noir-et-blanc). Pour nous un bon graphique est donc un graphique projetable en classe au vidéoprojecteur en couleur et photocopiable en noir-et-blanc tout en restant lisible.

Nous sommes donc plus exigeants en matière de graphiques au collège et au lycée que les professionnels qui utilisent les tableurs et ont des moyens plus importants pour imprimer des documents en couleur ; ou que les universitaires qui ont des étudiants plus débrouillés et peuvent imaginer des graphiques plus sophistiqués.

Première idée : des graphiques sobres qui donnent à voir simplement, avec lesquels raisonner et pour lesquels on privilégie les effectifs par rapport aux pourcentages

Population urbaine et population rurale en France (1936-2007)

population-urbaine-et-rurale-en-france-courbes-millions

J’ai choisi du vert pour représenter la population rurale et du gris foncé pour la population urbaine.  L’unité est présente dans le graphique (millions). Parmi les unités il faut surtout éviter les milliers qui sont une unité difficile à utiliser par des élèves et avec des millions les données sont arrondies… bref c’est un graphique facile à comprendre dès le collège, facile à décrire et dont les données importantes sont faciles à mémoriser

On y lit facilement l’idée importante : les urbains en France sont passés d’environ 20 millions avant la Seconde Guerre mondiale à près de 50 millions aujourd’hui.

Population urbaine et population rurale en France (1936-2007) (en %)

population-urbaine-et-rurale-en-france-courbes-pourcentage

Ce graphique a à peu près la même allure que le précédent mais ce n’est pas le même puisque celui-ci ne présente que des pourcentages. Or l’ennui des pourcentages est qu’on a aucune idée des effectifs concernés par le phénomène. Le premier graphique est donc préférable s’il n’y en a qu’un seul.

Celui-ci peut être rajouté en deuxième intention puisqu’il permet de trouver facilement 2 informations importantes : la population urbaine en France est presque de 80 % alors qu’elle n’était que légèrement supérieure à 50 % avant la Seconde Guerre mondiale, informations qu’on ne pouvait pas lire aussi facilement sur le premier graphique.

Dans ces 2 graphiques l’axe des abscisses représente le temps et  la variable est en ordonnée. Pour nous au collège et au lycée c’est simple et clair puisque quand nous dessinons des frises chronologiques l’axe du temps est aussi dans ce sens, horizontal et de gauche à droite.

Deuxième idée : des graphiques à lire ou des graphiques à voir ?

Que penser d’un tel  type de graphique ?

population-urbaine-et-rurale-en-chine

Il s’agit d’un graphique de l’atelier de cartographie de Sciences Po datant de 2012 et sur l’évolution de la population urbaine et rurale en Chine.

En fait nous ne le regardons pas vraiment, notre œil est attiré par l’énorme chiffre 51,27%  et le petit curseur noir. Ce n’est que dans un second temps que nous regardons le graphique qui est effectivement à l’arrière-plan et  nous apercevons que l’axe du temps est en ordonnée… si bien qu’il nous faut plus d’efforts pour le comprendre.

Autre ennui, ce nombre à 2 décimales est-il bien raisonnable ? Si l’on lit le long article du démographe Yves Boquet sur Espaces Sociétés Population qui explique à quel point la définition de la population urbaine en Chine est problématique depuis 1949 on peut en douter.[1]

[1] Article revue Espace Population Sociétés Y. Boquet

Enfin donner un pourcentage sans effectif est toujours très ennuyeux : 51,27 % de combien ?

Bref que retiendra-t-on d’un tel graphique : un chiffre qui semble très savant parce qu’il a 2 décimales mais qui non seulement est périmé en 2016 et n’est sans doute  pas très fiable…

Donc voici ce qu’on aimerait davantage sur le même sujet :

graphique-chine-credoc

Il est tiré de la fiche Chine du CREDOC sur le site destiné aux entreprises françaises souhaitant développer leur activité en Chine[1].

[1] Fiche CREDOC sur Chine

Toutefois ses couleurs ne me plaisent pas… parce que la population urbaine est en vert et intuitivement il aurait été plus simple que la population rurale soit en vert et en  bas et que la population urbaine qui vit dans des immeubles et des villes polluées soit en gris !

Cette remarque peut sembler idiote mais participe à cette réflexion sur notre monde en perpétuelle surcharge cognitive à cause de ces messages visuels du style :

carotte-courgette-inversee

Est-ce la manière la plus facile pour faire retenir à un étranger le sens de ces 3 mots en français ? Notre cerveau est perturbé par ces couleurs et ne le serait pas s’il voyait ceci :

carotte-courgette-normal

ou simplement ceci :

carotte-courgette-noir-et-blanc

Bref, en matière de graphiques, tout ce qui peut contribuer à avoir notre attention attirée par des bizarreries, nous rend moins attentif au message du graphique. Et l’une des plus grosses perturbations est liée aux couleurs.

Il est beaucoup plus confortable quand on aborde un graphique de le comprendre intuitivement avant d’aller vérifier avec la légende qu’on l’interprète correctement.

Mais ce n’est pas ce détail qui est le plus ennuyeux, nous aimerions que ce graphique ne commence pas seulement à 1990 mais à 1949.

Si on reprend les données du graphique précédent et qu’on y intègre les données proposées par Yves Boquet dans un autre article sur l’évolution de la population de la Chine[1], voici ce qu’on peut alors construire :

[1] revue Espace Population Société Y. Boquet

population-urbaine-et-rurale-en-chine-clg-1

C’est le graphique qui figurait en début de cet article et finalement  il est à la fois plus simple à lire et donne plus à voir sur l’évolution démographique de la Chine que les 2 précédents.

On lit bien l’essor de la population urbaine chinoise après l’ouverture économique (à partir de 1980 la croissance urbaine est plus rapide), on lit que les urbains en Chine sont passés de moins de 100 millions à environ 700 millions d’habitants. Et le point où les 2 courbes se croisent marque à cette date (2015) un taux d’urbanisation de 50 %.

On a donc un graphique sur lequel on peut raisonner et le laisser un bon moment à l’écran pour illustrer l’évolution démographique de la Chine contemporaine.

C’est à notre sens dans cette optique qu’il est intéressant de travailler avec les tableurs dont nous disposons.

Voici le fichier Excel avec lequel ces graphiques ont été réalisés et qui peut être utilisé pour les modifier ou en faire d’autres :

Population urbaine et rurale France et Chine

Publicités
Cet article a été publié dans Collège, Géographie, Lycée. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s